Qu’est-ce une assurance prévoyance ?

assurance prévoyance

L’assurance prévoyance protège l’assuré et sa famille de certains risques de la vie. Elle couvre financièrement les bénéficiaires en cas de maladie ou de décès de leur proche. La garantie est versée sous forme de rente ou de capital. Souscrit pour plusieurs années, le contrat requiert un versement de cotisations mensuelles.

L’enjeu de l’assurance prévoyance

L’assurance prévoyance couvre l’assuré et ses proches de certains risques, notamment l’invalidité, la maladie, l’arrêt de travail ainsi que le décès. Si le bénéficiaire fait face à l’une de ces situations, il recevra un capital ou une rente mensuelle. La formule est à caractère fonds perdus, ce qui engendre la perte de la somme épargnée à défaut d’incident. Entrez sur www.le-choix-funeraire.com pour trouver des informations complémentaires sur les prévoyances obsèques.

Avant de prendre l’offre, l’assuré doit déterminer les risques couverts par l’assurance et les principaux bénéficiaires. Il faut aussi estimer la somme des besoins financiers de sa famille en cas de décès ou d’invalidité. Le manque à gagner sera en effet compensé par la couverture prévoyance. Il convient ensuite de sélectionner un assureur fiable et de trouver l’offre qui affiche le meilleur rapport qualité-prix. Sachez que l’assuré peut fixer une rente ou un capital plus élevé que son train de vie au quotidien. Peu de personnes choisissent cependant cette option, vu qu’elle fait largement augmenter la cotisation à verser.

Les couvertures proposées par l’assurance prévoyance

Un contrat prévoyances couvre souvent l’incapacité temporaire de travail, la perte totale et irréversible d’autonomie (ou invalidité absolue et définitive), l’invalidité et le décès. En cas d’incapacité temporaire totale d’exercice, le bénéficiaire obtient une garantie spécifique. Celle-ci compense la perte de revenus résultant de l’arrêt de travail. Elle nécessite d’avoir une activité professionnelle à la survenue du sinistre. Dans le cadre d’une incapacité, l’assureur est généralement tenu de verser des indemnités journalières.

L’invalidité est associée à une baisse définitive de la capacité d’exercice. Elle engendre une dégradation de l’état de santé de l’assuré. Cela est estimé suivant un barème stipulé dans le contrat. Ce plafond n’est pas forcément celui appliqué par le régime d’assurance obligatoire du souscripteur. La majorité des contrats n’obligent pas l’assureur à consentir à une décision de prise en charge de la Sécurité Sociale. Le titre d’invalidité n’est pas toujours suffisant pour obtenir les privilèges de l’assurance prévoyance.

La perte totale et irréversible d’activité est un état d’invalidité grave. Les critères d’octroi de garantie relatifs à cette situation varient d’une compagnie d’assurance à une autre. Les assurés concernés sont généralement ceux qui se retrouvent dans l’impossibilité totale de travailler ou de se livrer à la moindre occupation. Ils ont besoin d’une assistance particulière pour effectuer les actes de la vie courante (se laver, s’habiller, manger, se mobiliser, etc.).

Qu’il provienne d’une maladie ou d’un accident, le décès est souvent pris en compte dans un contrat d’assurance prévoyance. La majorité des offres excluent toutefois les décès consécutifs à des événements particuliers. Il faut être attentif aux clauses d’exclusion de garantie avant de souscrire à la formule.

Pourquoi souscrire une assurance prévoyance ?

Il ne faut pas attendre la fin de sa vie active pour souscrire une assurance prévoyance. Toute personne majeure capable de signer un contrat peut prétendre à l’offre. Notez cependant que certaines couvertures imposent une limite d’âge maximum de 65 à 70 ans. Le risque de non-adhésion s’avère plus élevé au-delà de cette tranche d’âge.

Souscrire une assurance prévoyance permet au souscripteur et à ses proches d’être indemnisés en cas d’événement douloureux comme le décès d’un être cher et le handicap. La formule prévoit un versement de capital pour s’acquitter de tout un tas de frais inhérents.

Comment remplacer son pare-brise sans franchise ?
Se réassurer après la suspension ou l’annulation de son permis de conduire